CONFINEMENT SEMAINE N°1 : LA NATURE VIVRA

Mardi 17 mars, il y a une semaine tout pile, on devait rentrer chez nous à midi et plus ressortir sauf urgence alimentaire, professionnelle ou médicale. CONFINEMENT. Le mot était dit. A nous d’agir ou plutôt de ne plus agir.

Prenez vos affaires, rentrez chez vous, faites du télétravail et puis à bientôt ! Dans l’histoire, on a oublié de saluer quelques collègues et surtout quelques dossiers. On a acheté des paquets de pâtes avant de vraiment rentrer. On a annulé le rendez-vous du week-end avec les copines.

Ma première réflexion en rentrant chez moi, était de penser que, mince il fait beau quand même ! Il fait même très beau ! C’est nul de ne pas pouvoir en profiter pour aller se promener, faire une petite randonnée maintenant que les touristes sont partis.

Le premier truc qui m’est venu en tête, était de penser que la nature allait me manquer pendant ce confinement.
La NATURE.
Le plus important, au début de ce confinement, était ce qui m’entourait : la  nature, la campagne et un tout petit peu plus loin la montagne.

Finito les randos, à plus tard les courses à dossards et à cet été le VTT !!! ça me ronge un peu l’esprit et les gambettes frétillent déjà d’impatience. Mais…

LA NATURE ATTENDRA

Dès mercredi, ce n’est plus pareil dans ma tête. Non, on ne peut pas sortir en fait. Tant pis, c’est comme cela. On n’a pas le choix. Ça s’appelle le CONFINEMENT. Et pendant le confinement :

LA NATURE VIVRA

La nature n’attendra pas, ce n’est pas vrai. Elle continuera de vivre. Elle se reposera, se fera belle car redeviendra à son véritable état et se soignera aussi de tous les maux qu’on a pu lui transmettre.

La nature en même temps, elle a besoin de repos, qu’on lui fiche la paix avec les sentiers que l’on trace à ne plus rien voir pousser, les passages qui coupent ici et là parce que c’est plus rapide en trail, les excursions en haut du Mont-Blanc excessives par des gens qui n’y connaissent rien à la montagne, les constructions débiles en forme de bulle ou autre tipi en plein milieu de la forêt, les canons qui jettent de la poudre aux yeux des touristes qui derrière ne sont que lacs artificiels, tours d’hélico et réseaux d’eau planqués à flans de montagne, aux « micro-aventures » que les bobos font le week-end à 2km de chez eux parce que c’est cool…

Rien de tout cela n’est vraiment COOL quand tout est est excessif !

Quand on pourra sortir, la neige aura totalement fondue, l’herbe sera verte, les feuilles seront sur les arbres, il y aura des fleurs qui auront fanées et qu’on aura même pas eu le temps d’admirer, les animaux auront pu vivre en paix leur réveil ou leur reproduction.

La nature pourtant, nous avait prévenu qu’elle voulait rester en paix. Elle l’a crié avec ses tempêtes en début d’année, sa neige qui n’est pas tombée cet hiver et sa canicule de l’été dernier.

Au final, ce confinement ça tombe bien pour elle !

Après le confinement, est-ce qu’on reprendra nos rythmes d’avant ? Est-ce qu’on continuera à utiliser la nature à mauvais escient comme on le faisait avant ?

J’espère que NON.

Il ne faudra plus l’utiliser inutilement, la consommer pour consommer, il faudra vivre avec évidemment, mais en harmonie.
Alors oui, on retournera faire des randonnées et autres trails sur des sentiers à nouveaux tracés parce que les paysages sont beaux, qu’il est enrichissant de découvrir le monde qui nous entoure et que tout cela nous apaise. Mais j’espère qu’on prendra le temps de respecter la nature, de la regarder et de lui dire merci pour tout ce qu’elle nous apporte. Sans elle, nous serons rien.

Bref, restez chez vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *