Randonnée : La Pointe de Miribel

J’aime de plus en plus me promener dans la Vallée Verte. A 30min d’Evian, on est aussi loin que de la vallée d’Abondance. Beaucoup plus « verte » et calme, les paysages sont tout autant magnifiques. J’avais envie de vous partager cette randonnée car elle est, je pense, une des plus belles que j’ai faite. Bon, il faut dire qu’encore une fois, tous les ingrédients étaient réunis : une journée ensoleillée, de la famille avec qui partager cette rando, un bon pique-nique dans le sac et pour clore de magnifiques paysages en haut de la pointe de Miribel. J’ai fait cette rando cet été, en plein mois d’août. Vous pouvez la faire jusqu’aux premières neiges. Avec les couleurs d’automne, elle doit aussi être très belle !

Le départ de la randonnée pour la pointe de Miribel se fait à La Glappaz, un petit hameau du village d’Habère-Poche.
Rien que pour rejoindre la Glappaz, il faut emprunter une petite route qui traverse des alpages, une partie en forêt et on croise de très beaux chalets. On est déjà dans l’ambiance du jour et ça commence bien !

Depuis le parking de la Glappaz, je vous invite à ne pas suivre le panneau indiquant « pointe Miribel ». Mais de suivre le panneau indiquant les lieux-dits : Combasseran ; les Ervines et le Replan que l’on suivra et traversera les uns après les autres.

Comme pour ma randonnée au Pic de Boré à Thollon-les-Mémises où je n’avais pas suivi le balisage, encore une fois, j’en suis bien contente.

La randonnée commence doucement sur un beau sentier à travers alpages et forêt, il se raidit après le Replan. Après cette petite montée, on atteint le Martinet  où il y a un très beau point de vue sur le Léman, les villages de la vallée Verte et les sommets aux alentours. On voit également notre objectif du jour et on se dit que c’est haut !

Depuis les Martinets, on voit la pointe de Miribel, (là où c’est rond).

La pointe de Miribel est atteinte avec une montée très raide, avec quelques rochers à gravir sur les derniers mètres. C’est une petite cheminée où il ne faut pas avoir trop peur.

Au sommet… quelle vue !!! mais quelle vue !

Le Mont-Blanc apparaît majestueusement à côté de nombreux autres sommets. On a l’impression qu’il est tout près. Une statue de la Vierge ventée est implantée au sommet.

Le point de vue depuis la pointe de Miribel (1581m) est tellement beau ! je suis vraiment conquise, sous le choc d’une telle beauté! Mes photos prises au smartphone ne révèlent malheureusement que très peu de la beauté de ce paysage. La vue 360° sur les paysages et sommets était parfaite donc pour une pause pique-nique délicieuse !

On redescend de la pointe pour suivre la direction d’Ajon. Depuis cette face, le sommet de la pointe de Miribel est beaucoup plus facile que par la face où nous sommes montés car moins raide et moins rocheuse.

La descente se fait en prenant le chemin de croix, à travers les alpages et toujours avec vue sur le Mont-Blanc. Un pèlerinage a lieu le 1er dimanche après le 15 août.

(Ajon)

Une fois à Ajon, on suit la piste 4×4 direction le Col du creux. Cette descente me paraît un peu longue même si le paysage et les chalets croisés sont très beaux. Si vous partez depuis la Glappaz et que vous suivez le balisage « pointe de Miribel » alors c’est par ce chemin que vous allez monter et cela va certainement vous paraître très long !

Le col du creux est atteint facilement. Il n’y a qu’une petite côte et on redescend à nouveau. Au col, on rejoint le parking de la Glappaz en 10minutes.

Cette boucle est vraiment très belle à faire avec ces 400m de dénivelé positif. Je n’ai pas vraiment regardé l’heure précisément, je me suis perdue à regarder le paysage tellement c’était varié du début à la fin. Je dirais que c’est en 3h environ que j’ai fait la boucle.

…………………………………………………………………………………………………………..

Rando-résumé :

Point de départ et d’arrivée : parking de la Glappaz, Habère-Poche : 1205m
Sommet à atteindre : Pointe de Miribel 1581m.
Attention, les derniers mètres de la montée par ce parcours sont assez aériens.
Temps : 3h environ pour assez bons randonneurs
Mon équipement : chaussures de rando basses Salomons ; bâtons de randonnée Quechua
Topoguide : Le p’tit crapahut, Autour de Thonon et Evian, Jean-Marc LAMDRY, éditions Glénat

…………………………………………………………………………………………………………..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *