Tout savoir sur la raquette à neige (équipement, parcours, forfait, condition physique…)

Il n’y a pas que le ski dans la vie !  Il y a la randonnée en raquettes à neige aussi! Surtout en ce début de saison hivernale, avec des remontées mécaniques fermées jusqu’au début janvier 2021 (normalement) pour cause de Covid 19. Si vous me suivez ici, vous savez, que j’adore aller me promener en raquettes. C’est une pratique bien ancrée dans les stations, puisque toutes proposes des parcours balisés.

Je vous avais déjà donné quelques conseils dans cet article-là. Mais depuis, j’ai beaucoup pratiqué la raquette à neige et j’avais envie de partager d’avantages d’explications et de recommandations car je peux désormais vous en parler avec plus d’expérience. 

Je vous avoue que depuis que j’ai mis mes pieds dans des raquettes en 2016, je ne me suis jamais lassée. La neige qui craque sous leurs passages. Les jambes qui s’enfoncent dans la neige. C’est un réel plaisir ! Moi, j’adore ! J’adorerais faire un petit trek-raquettes comme par exemple la Grande Traversée du Jura. Une semaine dans les paysages enneigés, ce serait le top !

En raquettes, vous êtes un peu seul au monde et c’est ça qui est génial. A l’instar du ski de rando, vous partez loin des pistes bondées et ça fait un bien fou ! Les paysages sont toujours magnifiques. On passe par des chemins qui n’en sont pas l’été.

Cette pratique aussi cool soit elle, demande un effort physique, plus ou moins important selon la nature du parcours, et un équipement spécifique. Petit décryptage…  

Les raquettes à neige :

Commençons par le commencement, l’élément de base au bout des pieds nécessaire est qu’il faut des raquettes à neige.

La raquette vient s’enfiler autour de la chaussure. La subtilité, est qu’on accroche le « derrière » de la raquette si l’on est en descente et on laisse ouvert si on monte. La raquette va rester proche du sol.

La raquette est composée de crampons sous la semelle qui vont permettre d’adhérer à la neige et donc de pouvoir marcher sans glisser.

Les raquettes à neige se choisissent selon votre poids.

Je possède des raquettes 206 TSL de la marque TSL OUTDOOR. Elles sont parfaites. Légères et les crampons accrochent parfaitement bien à la neige. TSL outdoor est le leader du marché. C’est la marque que vous retrouverez majoritairement chez les loueurs en station.

D’autres marques existent : Morpho,  une marque thononaise. Decathlon évidemment fait ses propres raquettes. Evosnow a conçu des raquettes comme des chaussons. J’aimerais tellement les essayer d’ailleurs !

Achat ou location ? comme pour les skis, tout dépendra de votre pratique. Mais si c’est pour les utiliser une fois dans votre semaine de vacances de février, il vaut mieux les louer. Le rapport qualité/prix est imbattable à la location. La location de raquettes n’a pas un coût très élevé (environ 7-10€) la journée.
Les raquettes coutent à l’achat plusieurs centaines d’euros.

Des chaussures de randonnée à glisser dans les raquettes :

Partir en balade en raquettes consiste à faire de la randonnée, il faut donc que l’équipement soit choisi en conséquence. Le choix des chaussures et des vêtements est primordial comme pour toute randonnée.

J’utilise mes chaussures hautes de randonnée Salomon en Goretex. Je ne prends donc pas l’eau et je marche confortablement. Il faut vraiment que les chaussures soient imperméables car on marche dans la neige qui va vous mouiller les pieds.

J’utilise des chaussettes chaudes adaptées à la pratique de la randonnée. Je vous conseille vraiment d’éviter les chaussettes de ski qui peuvent frotter au niveau du talon dans vos chaussures de rando. (ampoules assurées, c’est du vécu).

Les bâtons :

la première fois que je suis partie en randonnée raquettes, je n’avais pas de bâtons. Je pensais que ce n’était pas tellement utile. ERREUR ! C’est totalement utile ! Je dirais même plus qu’en rando traditionnelle estivale puisque l’on perd vite l’équilibre dans la neige, que la force physique en montagne lorsque les sentiers ne sont pas damés sera plus importante à déployer.

La tenue vestimentaire :

Comme pour la randonnée classique, la tenue sera adaptée aux conditions météorologiques et au parcours effectué. Cependant, on a vite très chaud en raquettes. Malheureusement, on a aussi vite très froid quand on s’arrête. Il faut donc une veste à se mettre sur les épaules pendant la pause pique-nique ou lorsqu’il y a du vent sinon c’est le refroidissement assuré.

L’imperméabilité des vêtements est très importante. Une glissade dans la neige est vite arrivée, surtout en descente. On est alors mouillé et si vous n’avez pas de vêtement imperméable alors là, c’est la catastrophe, un peu de vent et on est gelé pour le restant de la journée. Par exemple, il m’est déjà arrivé de changer mes gants car l’endroit était technique et je mettais les mains contre la paroi, dans la neige, pour ne pas glisser. Avec des gants fins, j’ai eu très vite les doigts gelés. J’ai donc opté pour changer mes gants et mettre mes gants de ski que j’avais avec moi.

Gants : personnellement, je glisse très rapidement mes gants dans les poches car très souvent il fait assez chaud au bout d’un moment pour les enlever. Une paire de gants imperméables est indispensable.

Sous-couche : je ne mets généralement pas de legging en sous couche à part s’il fait très froid. Un sous-pull respirant est nécessaire. Vous allez avoir un peu chaud en montée mais vous êtes en montagne l’hiver et si le parcours est en forêt, avec du vent au sommet, il sera confortable d’avoir une bonne sous-couche.

Une polaire : mettre un pull de préférence polaire ou de sport est nécessaire.

Une veste imperméable ou softshell que l’on peut glisser dans le sac car très souvent en montée, il fait vite chaud, surtout s’il y a du soleil. Il ne faut pas une veste trop chaude. Ou alors si vous prenez votre veste de ski, mettez qu’un sous-pull et votre pull sera dans votre sac.

Le pantalon de ski : un pantalon de ski va très bien pour randonner en raquettes. Pas besoin d’investir dans un autre pantalon si vous ne faites de la raquette qu’une fois pendant votre semaine de vacances au ski, ça ira très largement même si vous devrez supporter le bruit du frottement toute la journée.

Pour une pratique plus régulière, il est bien d’avoir un pantalon imperméable dans lequel vous êtes à l’aise dans vos mouvements. C’est l’investissement de cet hiver (merci maman). J’opte pour un pantalon doublé à l’intérieur et imperméable (Décathlon).

La réverbération de la neige fait très mal aux yeux alors les lunettes de soleil sont obligatoires. La crème solaire sera appliquée sur le visage avant de partir sinon coucou les coups de soleil sur le bout du nez.

Pour éviter que le vent rafraichisse trop mes oreilles, j’opte pour un bandeau pour me les couvrir. Plus rarement le bonnet car souvent j’ai trop chaud avec. Je le mets quand même dans mon sac à dos.

Mon équipement :

  • pantalon chaud déperlant de randonnée neige SH500-WARM Quechua
  • sous-couche wedze
  • veste de ski (j’utilise une veste moins chaude que ma veste de ski Columbia)
  • chaussettes
  • chaussures de randonnée Salomon Goretex
  • raquettes à neige : TSL OUTDOOR 206
  • bâtons de rando : quechua

Je mets quoi dans mon sac à dos ? parce que oui je pars avec un sac à dos

De l’eau ! la rando raquette donne soif !

Un pique-nique si vous prévoyez de faire un parcours de plusieurs heures. L’idéal est de faire la pause pique-nique au sommet au soleil avec une superbe vue (attention à ne pas prendre froid !)

Prévoir une frontale si vous réaliser un grand parcours l’après-midi. Les journées sont courtes surtout en décembre ou en janvier. La nuit tombe dès 17h. On peut se faire surprendre par la nuit, surtout lorsqu’il ne fait pas très beau. Une frontale dans le sac et on est tout de suite beaucoup plus rassuré.

Il faut également être prudent sur les sorties longues. Une petite trousse de secours est la bienvenue.

Est-ce qu’il faut être sportif ?

La pratique de la randonnée en raquettes à neige est évidemment adaptée à tous. C’est le parcours qui sera plus ou moins sportif.

L’effort n’est, je trouve, pas réellement le même en randonnée, l’été, qu’en hiver. Le fait de marcher dans la neige va demander un effort supplémentaire que sur un chemin classique. Vous allez mettre plus de temps sur un même parcours qu’en été. Selon l’enneigement, la rando peut varier.

Les raquettes vont vous permettre d’adhérer sur la neige. Ainsi, le maintien du pied est assuré.

Est-ce que les sentiers sont tracés ? Comment je fais pour ne pas me perdre ?

Sur parcours balisés, sauf si vous vous trompez, les sentiers sont déjà tracés. Il arrive même que le sentier est damé. Parfois, c’est tellement bien damé, que les raquettes sont presque inutiles. (pour info, il existe parfois des sentiers piétons où les raquettes ne sont pas nécessaires même si on marche sur la neige).

Les sentiers ont un balisage spécifique à la randonnée raquettes (souvent une flèche en forme de raquette). Le chemin emprunté est différent que celui qu’on emprunte l’été. La quantité de neige fait qu’on marche en général plus haut que la route habituelle. Et on peut couper à travers champ.

Les stations de ski proposent des cartes des parcours balisés. Ils sont parfois payant (environ 3-4€). Des éditeurs proposent également des topoguides plus complets (ex: Glénat…)

Forfait / est-ce qu’il faut payer pour randonner en raquettes sur les sentiers ?

Oui, parfois. En général,  la majorité des sentiers sont gratuits mais il arrive que l’on est obligé de payer un petit forfait pour pouvoir emprunter les sentiers. C’est le cas lorsque les stations proposent des parcours balisés sur leurs domaines nordiques (environ 3,50€).

Pour marcher sur de beaux sentiers, on a parfois besoin de prendre un peu de hauteur et d’emprunter les remontées mécaniques. Il faut s’acquitter d’un forfait piéton (entre 6-7€/jour en général selon les stations).

Lorsque j’étais à La Clusaz, j’ai utilisé mon forfait semaine ski pour accéder en haut du domaine.  

Quels sont les atouts d’une randonnée en raquettes ?

Il y en a évidemment plein et sont très souvent identiques à ceux de la randonnée classique. Le premier est qu’on est en pleine nature et qu’on peut en profiter même l’hiver.

Le silence est très présent lorsqu’on marche en raquettes, hormis le bruit des raquettes qui craquent, vous ne serez pas trop dérangé.

Le fait de voir les paysages différemment. J’adore aller l’été à un endroit et y revenir l’hiver. La vie y est totalement différente.

N’hésitez pas à découvrir des lieux magiques en raquettes grâce aux articles que j’ai déjà rédigés !

Alors, la raquette à neige, ça vous tente ? vous êtes un randonneur à raquette averti ?

C'est à l'âge de 3ans que je réalise mes premières randonnées. Mon amour pour la montagne grandit en même temps que moi. Sauf que lui, il ne s'arrête pas de grandir. Alors en 2015, je pose mes valises en Haute-Savoie pour que je puisse assouvir ma passion pour la randonnée lors de mon temps libre. Depuis, j'arpente les chemins, été comme hiver. J'aime l’évasion et le dépassement de soi qu'apporte la marche. Bien sûr, j’aime aussi découvrir de magnifiques paysages ou de nouveaux sommets. Mon terrain de jeux préféré est le Massif du Chablais. Parfois, c'est en courant que le dénivelé gravite sous mes pieds. Le trail est devenu une nouvelle façon pour moi de parcourir cette montagne que j’aime tant. Très souvent, c’est avec plaisir que je roule avec mon VTT sur les sentiers escarpés. Quand je m’éloigne de mes montagnes, mes chaussures de rando et mon vélo ne sont jamais très loin ! Alors transmettre ma passion est une évidence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *