équipement tour du Mont-Blanc

Mon Tour du Mont-Blanc : mon équipement

La préparation de mon tour du Mont-Blanc est passée par de l’entrainement physique et par réunir tout l’équipement nécessaire pour ce trek de 7 jours. Parce que souvenez-vous, au départ, je n’avais bien évidemment pas tout l’équipement.

Un équipement à préparer à l’avance

J’ai réalisé le tour du Mont-Blanc avec Décathlon Travel qui sous-traitait à Altaï Travel. Une liste indicative du matériel à emmener nous a été donnée pour préparer au mieux notre trek avant le départ.

Nous avions le transport de bagage donc nous avions droit à un sac de 9kg maximum en plus de notre sac à dos. Comme je n’ai qu’un petit sac de voyage, j’ai réduit de fait, les affaires que je voulais emporter.

C’était mon premier trek et je voulais également le passer de la meilleure des manières. Ainsi, je me suis fait plaisir sur quelques achats.

J’avais l’essentiel : les chaussures et quelques vêtements adaptés. Néanmoins, je n’avais pas tout et il me fallait compléter ma panoplie.

J’ai acheté mon séjour début mai. Pendant le mois de mai, j’ai beaucoup chercher et comparé le matériel que je pouvais trouver dans les différents points de vente. Tout le mois de juin, j’ai finalisé mon équipement en achetant petit à petit ce qui me manquait. Puis, je l’essayais au fur et à mesure que je le recevais.

Où ai-je acheté mon équipement ?

J’ai acheté l’essentiel de mon équipement à Décathlon, sur Ekosport où il y avait de nombreuses promotions (comme toujours, ce site est très intéressant) et sur Snowleader où j’ai profité des soldes. Je n’ai rien trouvé sur Hardloop, qui est pourtant un site que j’affectionne, mais tout ce que je voulais était en rupture de stock.

J’ai eu grâce à Michael du site Expérience Outdoor, la chance d’avoir une superbe veste Helly Hansen, qui sans lui je n’aurais absolument pas acheté. J’en parle un peu plus loin. Alors merci beaucoup !

Je remercie également Décathlon Travel qui m’a envoyé un bon d’achat qui m’a permis d’acheter quelques affaires à Décathlon.

Tester son matériel avant de partir

Avant de partir, il faut tester votre matériel, notamment le nouveau. J’ai donc pendant mes week-ends réalisé des randonnées avec mon matériel que je voulais emporter. J’ai testé mon sac dès le samedi suivant sa réception. Le premier test que j’ai effectué est évidemment celui des chaussures / chaussettes. Pour moi, les chaussures sont l’élément à ne surtout pas négliger!

Les chaussures et les chaussettes

Ne jamais partir avec des chaussures neuves est évident et pourtant bien nombreuses sont les personnes qui font ce choix (horrible).

Début juin, je teste le combo chaussures/chaussettes que je veux mettre pour le TMB. Je souhaite partir 7 jours avec mes chaussures hautes Salomon en Gore-Tex. Elles sont beaucoup plus lourdes que celles que j’utilise normalement en randonnée à la journée (chaussures de trail basses speedcross de Salomon). Cette randonnée a donc été pour moi un véritable test. A la fin des 4H30, j’ai des échauffements sous les pieds, pas d’ampoule mais le lendemain, je sais qu’il faut protéger cela. Avoir mal sous la voute plantaire ne me satisfait donc pas et j’ai très peur de passer 7 jours avec un mal aux pieds.

Je fais un sondage sur Instagram et on me conseille la marque X-socks. J’ai acheté deux paires et franchement elles sont parfaites. J’ai retesté mes chaussettes que j’avais déjà et franchement, je pense que c’est parce que ça faisait longtemps que je n’avais pas randonné avec mes grosses chaussures que j’ai eu mal aux pieds parce qu’elles allaient très bien. Verdict: toujours essayer deux fois plutôt qu’une son matos !

J’ai ainsi utilisé pendant mon TMB (toutes les références et liens sont à la fin de l’article) :

  • chaussures hautes Salomon
  • 3 paires de chaussettes pour 7 jours :
    • deux paires de la marque X-SOCKS (achetées sur Ekosport)
    • une paire de la marque RYWAN que j’ai depuis quelques années déjà

Le choix de mon sac à dos 30L

La liste de matériel précisait qu’il fallait un sac à dos de 30L, avec une housse de protection contre la pluie et une ceinture ventrale.

Je n’avais pas en ma possession ce type de sac à dos. Le plus gros que j’ai est un 25L. J’ai donc passé pas mal de temps à regarder les sacs à dos qui existaient. J’ai comparé les prix aussi car un bon sac n’est pas donné. Je suis allée en magasin en essayer pour voir. C’est en essayant en magasin que je me suis réellement rendue compte des différences. Un sac que j’avais vu sur internet me paraissait très bien et en l’essayant, je ne l’ai pas du tout aimé. Comme pour les chaussures, l’essayage est nécessaire et le confort primordial.

J’ai opté pour le sac à dos UBIC 30 W SAPHIR 22 de la marque MILLET, acheté sur Ekosport (127,90€ au lieu de 149,90€).

Ce modèle répondait à mes attentes :

  • une ceinture ventrale
  • une poche à portée de main sur la ceinture pour que je puisse sortir facilement mon téléphone pour les photos
  • une sortie pour le tube de la poche à eau
  • multiples poches à l’intérieur pour faciliter l’accès aux affaires
  • un poids raisonnable (1,260kg)
  • adapté à la morphologie féminine
  • une housse de pluie (certains sacs ne l’ont pas forcément et c’est un achat supplémentaire à réaliser)
  • attache-bâtons possibles

Mon avis sur le sac à dos UBIC 30 W saphir 2022 de MILLET :

J’en ai été très satisfaite tout le long du TMB. Il est pratique. Il avait une bonne capacité de rangement. Je n’ai eu absolument pas mal au dos, ni aux épaules. Il est confortable, avec un bon maintien. C’est un très bon produit.

Je ne me suis pas servie de la housse de pluie puisqu’il a fait très beau.

Enfin, je sais que je peux le réutiliser l’hiver puisqu’il est possible d’accrocher une paire de raquettes dessus aisément.

Les vêtements

Le plus dur pour moi est de me dire au départ que je pars 7 jours et que je n’ai que 3 t-shirt dans mon sac, voire 4 avec un t-shirt manches longues. J’ai peur de ne pas être à l’aise dans des vêtements sales. En réalité, il est tout à fait possible de laver ses vêtements le soir si vous êtes en refuge. Il a fait chaud donc j’ai pu laver 2 t-shirts et sous-vêtements le deuxième soir.

Haut : 1ère, 2ème, 3ème couche

En montagne, on applique le système 3 couches. Ce que j’ai utilisé : un t-shirt, une veste polaire et un coupe vent/imperméable.

Les t-shirts

Je voulais absolument des t-shirts en laine de mérinos car on ne se refroidit pas avec. Et c’est vrai ! je n’ai jamais eu froid avec ce type de t-shirt. J’ai été bluffée de leur efficacité. J’ai préféré ceux-là puisque nous nous arrêtions souvent 1h30 le midi donc il ne fallait pas que je prenne froid à ce moment-là.

J’ai porté que des t-shirts manches courtes en laine de mérinos :

J’ai également prévu un t-shirt manches longues, en laine de mérinos aussi : le modèle T-SHIRT MANCHES LONGUES COL ZIP MT 500 FORCLAZ. Je ne m’en suis pas servie car les températures étaient élevées. Je le testerai mieux cet hiver.

La veste polaire

J’ai utilisé ma polaire de la marque ODLO que j’avais déjà en ma possession depuis l’année dernière. Elle va très bien, elle est légère. Elle m’a bien tenue chaud quand il le fallait. Surtout au départ des étapes pour réveiller le corps et quand il faisait un peu frais à certains sommets ou pendant les pique-niques.

Cette polaire a un coût de 75€. Je l’avais eu à un très bon prix en promotion sur le site Hardloop.

Je vous conseille de vraiment d’attendre les promos pour votre matériel, si vous n’êtes pas pressé. Le matériel de randonnée est souvent très cher selon certaines marques.

La veste coupe-vent imperméable

J’ai eu pour mon TMB, un énorme cadeau de la part de Michael du site Expérience Outdoor et de la part de la marque HELLY HANSEN, puisque j’ai reçu une veste imperméable, respirante et aussi coupe-vent. Le modèle WOMEN’S ODIN 9 WORLDS 2.0 OUTDOOR SHELL JACKET.

Cette veste, je l’ai adoré ! Elle est belle mais efficace aussi ! Je l’ai porte essentiellement en coupe-vent quand il faisait vraiment un vent de folie en haut des cols. Je ne m’en suis pas servie comme veste de pluie imperméable. Elle est conçue pour normalement. J’aurai aimé voir son pouvoir déperlant, respirant et imperméable mais je vous avoue que c’est quand même mieux de randonner sous le soleil.

Elle est ultra légère, je ne l’a sentais pas dans le sac. Par contre, elle ne se plie pas dans elle-même. Elle se froisse un peu malheureusement.

Mon compte-rendu est à lire sur le site Expérience Outdoor pour plus de détails.

Quid de la doudoune ?

Une veste de ce type était demandée dans la liste de l’équipement. En réalité, je ne randonne jamais en doudoune l’hiver. J’en ai une pour le ski et une autre pour la ville. L’hiver, s’il fait très froid, je mets une ancienne veste de ski assez légère. Bref, acheter une doudoune n’était pas pour moi une priorité. Je trouvais que les doudounes avaient un prix un peu excessif sachant que je m’étais fait plaisir en achetant des t-shirts.

J’ai opté pour la solution Vinted. Alors il faut s’y prendre à l’avance surtout si le produit ne convient pas. Mais franchement je ne regrette pas. J’ai trouvé une doudoune Forclaz qui se range dans sa poche, sans défaut pour 11€ frais de port inclus. Je ne l’ai pas du tout portée.

Pour le froid, un bonnet était toujours dans mon sac à dos ainsi qu’une paire de gants. Des équipements que j’avais déjà en ma possession depuis quelques années.

Pantalon / short

J’ai marché en short pratiquement toute la semaine. J’ai utilisé un vieux short que j’avais (un pour le badminton normalement mais que je trouve très agréable à porter en rando). J’en ai utilisé un autre (Kalenji), très léger et confortable.

TMB Suisse

J’ai opté pour un vrai pantalon de randonnée. Je l’ai acheté exprès (30€), à Décathlon, car j’ai pour habitude de randonner en legging ou en short. Mais je me suis dit qu’un pantalon plus costaud serait plus approprié (notamment si je m’accroche ou glisse). Ce modèle est hyper confortable ! Je l’aime beaucoup. Je vais le remettre, c’est sûr!

Alors clairement j’ai mis 2 fois mon pantalon : le 1er jour car le temps était incertain le matin et j’ai crevé de chaud toute la journée ; et une après-midi car il y avait du vent froid.

Je l’avais toujours cependant dans mon sac à dos car en montagne, le temps change tout le temps. J’ai opté pour cette solution car je déteste les pantalons qui s’ouvrent en short. Déjà ce n’est pas super beau car l’effet bermuda ne me plait pas (un détail me direz-vous) mais surtout je déteste sentir la fermeture éclair sur les cuisses. Je trouve cela gênant.

Vêtements de pluie ?

15 jours avant le départ, j’ai commencé à regarder la météo et là je vois que de la pluie est annoncée. je commence alors à stresser car je n’ai pas de pantalon de pluie. J’ai ma veste Helly Hansen et cela me rassure. Mais pas de bas. Parce que s’il pleut, dans la vie, je ne randonne pas.

J’ai commencé à regarder ce qu’il existait: les surpantalons, les pantalons Gore-tex, les pantalons imperméables…. tellement de choix ! Sur la liste de matériel, c’était marqué pantalon gore-tex mais cela coûte extrêmement cher.

Je me suis dit que j’allais acheter un surpantalon et puis je verrai selon la météo si j’achète vraiment un pantalon Gore-Tex la dernière semaine. Or, un véritable pantalon comme cela se trouve sur internet. Il n’y en a pas dans les magasins de sport vers chez moi. Donc ça m’a véritablement angoissé surtout que je voyais qu’il n’allait pas faire beau plusieurs jours.

Alors tant pis, j’achète un surpantalon mais mettre encore 150€ dans un pantalon, je n’en avais pas envie. Même si pour ce trek j’avais envie d’avoir du bon matériel pour prendre du plaisir et ne pas être gênée par des mauvais choix. Je trouvais que c’était excessif notamment sur l’utilisation que j’allais en faire après mon trek. Je l’aurais eu dans mon placard mais concrètement je ne sais pas si vraiment je m’en servirai. Et puis, un pantalon de pluie, c’est compliqué à trouver. Il faut qu’il soit respirant, imperméable à 10 000mm minimum sinon cela ne vaut rien. Il faut donc bien regardé tous les modèles. Tout cela a été le plus stressant pour moi.

J’ai donc acheté le surpantalon imperméable de randonnée MT-500 FORCLAZ de Décathlon (40€). 3 couches à 10 000 mm Schmerber une imperméabilité de 10 000 mm . Il est également respirant. Je ne l’ai pas utilisé, donc je ne peux vous dire s’il répond aux promesses.

Tous les jours avant le départ, je scrutais la météo pour mon TMB. J’ai eu très peur car de la pluie était annoncée presque tous les jours. Au final, c’est sous le soleil que j’ai réalisé ce trek.

Sous le soleil exactement

J’avais toujours casquette et tour de cou avec moi. Il faisait tellement chaud en montée que j’optais pour le tour de cou que je mettais en bandeau ce qui me protégeait du soleil et du vent dans les oreilles. La casquette m’était utile pendant les piques-niques et dans les descentes surtout. Une casquette me tient chaud à la tête, je n’aime pas trop même si c’est évidemment nécessaire.

J’avais évidemment une paire de lunettes de soleil de catégorie 3. J’ai un modèle Quechua, que j’ai acheté l’année dernière il me semble. Elles sont très bien, légères et ne font pas mal derrière les oreilles, même avec un bandeau.

Pour me protéger : crème solaire AVENE SPORT SPF 50 ; labello sun protect SPF 30.

Les sous-vêtements

Je voulais des sous-vêtements en laine mérinos, tout comme pour mes t-shirts. Je le voulais surtout pour la brassière, pour éviter d’avoir froid. Pour les culottes, c’était un plus, je l’avoue mais au final, c’est beaucoup plus agréable que du coton.

Le modèle de brassière choisi est un élément essentiel à ne pas négliger en randonnée et encore plus en trek. Ne pas avoir le sac qui appuie sur des lanières qui nous scient les épaules est essentiel.

J’ai opté pour deux brassières Icebreaker en laine de mérinos (83%) achetées sur Snowleader. Un modèle bleu ciel très joli et un modèle gris clair, qui est une ancienne collection. Cette brassière m’a couté encore moins cher que la première alors que c’est quasiment le même produit (25€ au lieu de 50€).

J’ai également acheté des culottes en laine de mérinos modèle forclaz de décathlon à 15€. Franchement, elles sont hyper confortables, il n’y a pas d’irritations causées par les coutures. Elles sont parfaites.

Pour la nuit en refuge

En fin d’après-midi, une fois arrivée au refuge, je filais à la douche. J’ai opté pour des claquettes de piscine de base Decathlon (5€). Pour la tenue c’était un legging et un t-shirt.

Pour la nuit, je sortais mon drap de sac Sea to Summit acheté sur Ekosport également. Dans les gites ou refuges, il y a des couvertures et des draps mais le doute s’installe quant à la propreté. Il vaut donc mieux avoir un drap de sac. J’ai choisi un modèle performant (70€) que je pourrai réutiliser notamment quand la température baissera.

Les produits d’hygiène

Pour ce qui est de l’hygiène, j’ai réalisé une petite trousse de toilette avec mes essentiels. Non je n’ai pas emmené de maquillage. Par contre, j’ai emporté un morceau de savon spécifique pour le visage, un gel douche et un shampooing. Je ne voulais pas changer ma routine pour ne pas avoir de problème de peau par la suite. C’est le petit luxe auquel je ne voulais pas dérogé et que j’ai emporté avec moi, tout en sachant que je le pouvais puisque mon bagage était transporté.

Je suis porteuse de lentilles donc je devais prendre également le nécessaire. L’hygiène est importante pour les lentilles. Je crois que c’est ce qui m’inquiétait le plus avant de partir quand je pensais aux refuges.

A ma grande surprise, je n’ai eu que deux petites ampoules, le 2ème soir. Avant de partir, j’ai évidemment fait le plein en pansements classiques, pansements pour ampoules Mercurochrome et Compeed. Je mets toujours du sparadrap prévention ampoules. Cela me sauve à chaque fois. Je vous le conseille vraiment si vous êtes sujets aux ampoules !

J’avais emporté une pharmacie. Je prends toujours le « au cas où ». J’avais une petite pharmacie avec moi dans mon sac à dos et une plus grande dans mon bagage.

Enfin, le soir après la douche, je me massais avec l’huile Weleda à l’arnica. J’aime beaucoup cette huile qui fait son petit effet. Je n’ai pas eu de courbatures et j’ai vraiment senti les jambes lourdes qu’à partir du 6ème jour.

Pour la douche, j’ai une serviette en microfibre SEA TO SUMMIT (25€). Elle est très agréable, essuie bien et sèche rapidement. Je l’ai prise en taille L mais en fait, elle reste petite, légère et compacte dans son étui pour la ranger facilement.

Les accessoires

Que ce soit la trousse de toilette, le couteau, la lampe frontale, rien n’est à oublier. J’avais déjà quelques accessoires en ma possession avant de réaliser le TMB.

J’avais acheté un « sèche-chaussures » au cas où il pleuve. Je n’en ai pas eu l’utilité et heureusement car ma commande est arrivée après mon départ… Je pouvais me le permettre car je vous le rappelle, j’avais le portage de bagage. Sinon, c’est peut être superficiel. Sauf si vous vous prenez une semaine de pluie.

J’avais donc dans mon sac :

  • Un couteau opinel : très utile (pour le saucisson notamment).
  • Des couverts décathlon (j’ai fait l’acquisition de ce set car il avait été dit que nous mangerions des salades composés le midi. De plus, nous devions apporter une boite. En réalité, nous n’avons pas mangé de salade composé mais plutôt des piques-niques à grignoter.
  • Une lampe frontale, je l’avais dans mon sac à dos, toujours avec moi mais je ne m’en suis pas servie.

Pour marcher j’ai utilisé mes bâtons rétractables Quechua que j’ai depuis 3ans désormais. Certains de mon groupe avaient des bâtons ultra légers, ce qui est en fait très appréciable.

La nourriture / l’eau

La formule de mon TMB comprenait les repas sauf les goûters.

Clairement j’ai acheté beaucoup trop de goûter (barres de céréales, fruits secs, gels) avant de partir. J’avais vraiment peur des coups de barre. Je me disais que marcher si longtemps, je n’en avais pas l’habitude alors j’ai prévu large. En réalité, j’ai surtout mangé des fruits secs. C’est ce qui passait le mieux.

Néanmoins, il est facile de se ravitailler tout au long du parcours. Il y a de nombreux refuges donc si vraiment vous êtes en rade, vous pouvez boire et manger dans les refuges.

J’utilise une poche à eau 2L Quechua, que j’ai depuis 7ans je pense. Pour l’eau il est facile de se ravitailler tout au long du parcours. Je buvais entre 2 et 3litres par jour. Il faisait très chaud et l’altitude me donnait très très soif

Carte IGN et topoguide :

Avant de partir, j’ai acheté le topoguide et la carte IGN même si je partais avec un guide. J’ai emporté la carte IGN mais pas le topoguide. J’étais assez chargée. Le topoguide m’a permis de découvrir le parcours avant de partir, quelques éléments intéressants. Mais, ne sachant que vaguement les étapes, je ne pouvais pas me faire une idée très précise. Ne pas savoir avant le départ où nous passerions exactement, c’était un peu bizarre quand même.

Si vous partez en autonomie, je vous recommande la carte et le topo.

Le budget de mon équipement pour le tour du Mont-Blanc

Pour information, le TMB guidé avec Decathlon Travel m’a couté 890€ sans assurance. Alors, rajouter un budget équipement n’est pas forcément évident. Il faut penser à ce que vous voulez faire après votre trek de votre matériel. Est-ce que vous allez vous en resservir ? La seconde main est donc une solution pour acheter un équipement occasionnel.

Les chaussures, je les avais déjà depuis plusieurs années. Il me semble qu’elles m’ont couté une centaine d’euros.

J’avoue que je me suis faite plaisir sur les vêtements. Oui j’ai acheté pas mal de choses. Mais surtout je vais m’en resservir. Je détaille ci-dessous tous les prix de mon équipement. Grâce aux soldes et aux diverses promotions, j’ai eu du matériel en réalité très souvent beaucoup moins cher que les prix présentés.

La liste complète de mon matériel que j’ai emporté

Voici en résumé ce que j’ai emporté et principalement utilisé pendant mon TMB :

ÉQUIPEMENTMODÈLEMARQUEPOINT DE VENTE que j’ai choisi)BUDGET
SAC A DOS 30L + housse de pluie UBIC 30 W SAPHIR 2022MILLETEkosport 127,90€ en promo (149,90€)
BÂTONS RÉTRACTABLESAncien modèleQUECHUADécathlon
autour de 20€
CHAUSSURES DE RANDONNÉE HAUTESALOMONIntersport
CHAUSSETTES X-SOCKS TREK OUTDOOR WMN MIDNIGHT BLUE/PINK/LT GREY MELANGE 23 X-SOCKSEksport19,90 € (paire payée moins cher grâce à une promotion)
CHAUSSETTES X-SOCKS TREK X CTN WMN WHITE/ANTHRACITE 23 X-SOCKSEkosport19,90€ (paire payée moins cher grâce à une promotion)
CHAUSSETTESAncienne collection de ce modèle BI-CLIMASOCKSRYWANGo Sport
T-SHIRT MANCHES COURTES (x2)T-shirt de trek femme mérinos MT-500FORCLAZDécathlon30€
T-SHIRT MANCHES COURTEST-shirt femme Mérinos (100%)VERTICAL MOUNTAINVertical Mountain39,99€
T-SHIRT MANCHES LONGUEST-shirt femme Mérinos manches longues col zip MT-500FORCLAZDécathlon50€ (je l’ai payé 40€ car c’était un exemplaire retourné donc bradé)
VESTE POLAIRECarve Ceramiwarm Midlayer Full Zip – Polaire femme ODLOHardloop75 € (payée moins cher grâce à une promotion)
VESTE COUPE VENT IMPERMÉABLEWOMEN’S ODIN 9 WORLDS 2.0 OUTDOOR SHELL JACKET HELLY HANSENHelly Hansen400 € (offerte par la marque)
DOUDOUNEancienne modèle de qui ressemble à la doudoune trek femme MT-100FORCLAZVinted seconde main11€ (prix neuf : 55€)
PANTALONPantalon randonnée femme MH-500QUECHUADécathlon30€
SHORTancien modèleDécathlonaucune idée
SHORTshort running femme Dry noirKALENJI Décathlon8€
SURPANTALON DE PLUIESurpantalon imperméable femme MT-500FORCLAZDécathlon40€
CASQUETTEcasquette trekking TRAVEL 10FORCLAZDécathlon4€
TOUR DE COUBandeau running multi-fonctionsKALENJIDécathlon5€
LUNETTES DE SOLEILMH 160 POLARISANTE Catégorie 3QUECHUADécathlon20€
CULOTTE (X3)Culotte mérinos trek MT-500FORCLAZDécathlon15€
BRASSIÈRE (X2)W Sprite Racerback Bra Haze et Wmns Sprite Racerback Bra Metro Heather ICEBREAKERSnowleader50€ (payées les deux moins cher grâce à, une promotion)
GANTSancien modèleFORCLAZDécathlonautour de 10€
BONNETancien modèleKALENJIDécathlonautour de 5€
LAMPE FRONTALEancien modèle Décathlon autour de 6€
DRAP DE SACSEA TO SUMMIT REACTOR EXTREME 22 SEA TO SUMMITEkosport69,90 € (payé moins cher grâce à une promo)
LEGGING + T-SHIRTpour le refuge, des vêtements classiques en ma possession
CLAQUETTESSLAP 100 BASICNABAIJIDécathlon5€
SERVIETTE DE BAIN MICROFIBRESEA TO SUMMIT DRYLITE TOWEL L BALTIC 22 SEA TO SUMMIT Ekosport24,90€ (payée moins cher grâce à une promo)
TROUSSE DE TOILETTEWash Bag IDEUTERSnowleader22,90€ (payée moins cher grâce à une promo)
SÈCHE CHAUSSURES NATURELDryer Bag Cedar Wood SIDASSnowleader14,90€
COUTEAU OPINELmodèle classiqueOPINELSupermarchéautour de 10€
SET DE 3 COUVERTSfourchette, couteau, cuillère camp du randonneurQUECHUADécathlon2€
POCHE A EAU 2LAncien modèleQUECHUADécathlon
NOURRITURE POUR GOUTERS
CRÈME SOLAIRE SPF 50+ sport AVENE Parapharmacie
STICK LÈVRES PROTECTION SOLAIREsun protect SPF 30LABELLOSupermarché
PANSEMENTS spéciaux pour ampoules ; sparadrap prévention ampoulesCOMPEED, MERCUROCHROMESupermarché

TROUSSE DE TOILETTE :

  • savon
  • shampooing
  • savon visage
  • brosse à dent + dentifrice
  • brosse à cheveux pliante
  • produit lentilles + étui
  • déodorant
  • Huile décontractant Arnica WELEDA

TROUSSE A PHARMACIE (une partie dans mon sac à dos et une partie dans mon bagage) :

  • médicaments personnels
  • anti-douleur (Doliprane)
  • double peau : sparadrap Mercurochrome
  • Elastoplast strap
  • pansements classiques
  • pansements soin ampoules COMPEED et MERCUROCHROME
  • compresses
  • petite paire de ciseaux
  • désinfectant
  • anti-diarréhéique (SMECTA)
  • anti-vomitif
  • sérum physiologique
  • boule quiès (j’en ai pris, mais je ne m’en suis pas servie, je déteste dormir avec ça. J’ai donc supporter les ronflements de certains membres du groupe)
  • vitamine C
  • tire-tique

CONCLUSION

Penser réemploi, personnellement je n’ai pas tout acheté au prix fort, ni les meilleurs modèles. Si j’ai acheté le matériel, c’est aussi parce que je sais que je vais m’en resservir.

Penser à l’occasion pour certains vêtements ou accessoires ;

Tester votre matériel avant de partir

N’oubliez rien, sinon vous pouvez acheter sur place quand même aux Contamines-Montjoie, à Courmayeur, à Champex…

C'est à l'âge de 3ans que je réalise mes premières randonnées. Mon amour pour la montagne grandit en même temps que moi. Sauf que lui, il ne s'arrête pas de grandir. Alors en 2015, je pose mes valises en Haute-Savoie pour que je puisse assouvir ma passion pour la randonnée lors de mon temps libre. Depuis, j'arpente les chemins, été comme hiver. J'aime l’évasion et le dépassement de soi qu'apporte la marche. Bien sûr, j’aime aussi découvrir de magnifiques paysages ou de nouveaux sommets. Mon terrain de jeux préféré est le Massif du Chablais. Parfois, c'est en courant que le dénivelé gravite sous mes pieds. Le trail est devenu une nouvelle façon pour moi de parcourir cette montagne que j’aime tant. Très souvent, c’est avec plaisir que je roule avec mon VTT sur les sentiers escarpés. Quand je m’éloigne de mes montagnes, mes chaussures de rando et mon vélo ne sont jamais très loin ! Alors transmettre ma passion est une évidence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *